Skip to content

Des images et des cultures d’Afrique à Lausanne

Des images et des cultures d’Afrique à Lausanne

Le cap des dix premières années désormais passé, le festival se singularise dans une programmation plus poussée avec cette année un focus sur le cinéma saharien, une sélection de films Nollywood et une rétrospective humour et satire. Cinquante films ont été projetés à la Cinémathèque suisse près du casino Montbenon pour cette 11e édition qui s’est déroulée du 18 au 21 août 2016. Escale lausannoise.

 

Suite sur Africiné

Nollywood, l’eldorado du cinéma africain se trouve au Nigeria

Nollywood, l’eldorado du cinéma africain se trouve au Nigeria

Le vendredi 16 septembre 2016

Nollywwod, le nouvel eldorado du cinéma africain au Nigeria
Nollywood, le nouvel eldorado du cinéma africain au Nigeria     Photo : Courtesy of Shoreline Entertainment

Le Nigéria est en vedette au Festival International du Film de Toronto. Communément appeléeNollywood, l’industrie du cinéma nigérienne est la deuxième plus productive au monde, derrière Bollywood et devant Hollywood. Ce cinéma africain, en pleine croissance, présente 8 longs métrages au TIFF cette année.
Djia Mambu, journaliste et critique cinéma nous parle de l’importance de cette visite à Toronto.

NOLLYWOOD À L’ASSAUT DE TORONTO

NOLLYWOOD À L’ASSAUT DE TORONTO

Huit films nigérians sont projetés en Première mondiale ou internationale au Festival international du Film de Toronto (8-18 septembre 2016). Grâce à cette sélection nollywoodienne et à la pulsion du directeur artistique Cameroun Bailey, cette 41e édition du TIFF ne connaitra pas moins de 25 films africains.
Cette présence dans un festival de telle envergure permettra-t-elle à l’industrie nigériane d’acquérir de nouveaux marchés ?

Suite sur Africultures.com

When it Comes to Honoring Women in Film

When it Comes to Honoring Women in Film

in 30th Fribourg International Filmfestival

by Dija Mambu

When a major cultural manifestation sets out to honor women, most people are thrilled- rather naively- as if it were something special to celebrate those who represent half of human kind. The very act of  classification degrades women to the level of animals, technology or any other object.

Continue the reading on Fipresci.org

PIcture: Song og Songs

Y’a t’il un cinéma en Guinée équatoriale?

Perspectives d’un cinéma en Guinée équatoriale
Ou comment propulser une industrie cinématographique dans un petit état scindé géographiquement dont la langue officielle [l’espagnol, ndlr] n’est point répandue en Afrique ? La barrière linguistique isole la République de Guinée équatoriale et son cinéma ne fait pas exception.
Voici quelques pistes de réponse nourries par la 13ème édition du Festival des Cinémas d’Afrique de Tarifa-Tanger (FCAT, 26 mai – 4 juin 2016).

caliente

La suite sur Africiné

Rendez annuel du court métrage international de Clermont-Ferrand (5-13 février 2016)

Rendez annuel du court métrage international

38è Festival de Clermont-Ferrand (5-13 février 2016)

La 38e édition du Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand (5-13 février 2016) découvre entre autres en compétition internationale Anay ny làlana de Nantenaina Fifaliana (Madagascar), Har Gaf Sayfan (Dry Hot Summers) de Sherif El Bendary (Égypte), Amal d’Aïda Senna (Maroc), tandis que Maman(s) de Maïmouna Doucouré se défend en compétition nationale. Le programme Regards d’Afrique quant à lui s’élargit aux pays hors francophonie du continent.

Suite sur Africiné Magazine 

En attendant, Elles tournent…

En attendant, Elles tournent

On a beau entendre qu’il n’y a pas assez de réalisatrices, que leurs œuvres sont peu lucratives ou encore qu’elles ne rencontrent pas suffisamment de public, mais tous ces arguments paraissent désuets et dépourvus de sens lorsqu’il est question de Festivals qui se démarquent comme le festival Elles Tournent.
Selon une étude belge, intitulée « Femmes et cinéma : Derrière l’écran, où sont les femmes ? » (Engender asbl) à paraître prochainement, la violence, la sexualité et le personnage principal masculin sont moins portés à l’écran par les réalisatrices que par leur confrères. Est-ce le public qui fait ce choix ou bien est-ce le bailleur qui l’oriente en sous-estimant son intérêt ? « Ce n’est pas aux auteurs qu’il faut imposer le contenu mais aux bailleurs de fonds« , renchérit une cinéaste du Canada dont l’industrie du cinéma a décidé de bannir définitivement la notion de quota.

Suite sur Africiné Magazine